Benin

Benin

Mototaxis, ambassadors of mobile payments in Benin

Benin

Mototaxis, ambassadors of mobile payments in Benin

UNCDF-MM4P and MTN Benin testing a new type of payment for mototaxis
December 15 , 2017

Zemidjans

Cotonou, BENIN - 

Caption : Zem are the most commonly used means of transport

Cotonou, BENIN- Over 250,000 moto taxi drivers “Zemidjans” or “Zem” are circulating in Benin. Collectively, they represent a sizeable contribution in Benin’s economy: one million people depend on the income generated by the Zems activities and two million Beninese are regular patrons of their services. However, as most of the Zems do not have bank accounts, their transactions are conducted largely informally, in cash. This represents an opportunity for the digital financial services sector to offer this group of users’ financial services that could benefit their lives.

The MM4P program in Benin is currently assisting the mobile network operator, MTN Benin on a merchant payment initiative aimed at enabling customers to pay their mototaxi fares using mobile money.

Co - create solutions with mototaxis

Launched in July 2017, the first phase of the project focused on the design on the mobile payment solution.  With the support of design firm, Innate Motion and consultancy firm, PHB Development, MM4P and MTN adopted a “Human Centric Design” (HCD) approach to understand the typical Zems journey including their wants, needs and aspirations when it came to financial services. This approach helped uncover insights a classical market study might have overlooked.

Subsequently, we explored mobile payments from different angles: from the point of view of the mototaxis drivers, their suppliers, MTN teams and their affiliated communication agencies.  In small groups, we developed different scenarios keeping mototaxis drivers at the center of the discussion.  The idea was to enables customers to pay their fares with mobile money, and simultaneously enable the Zemidjans to use part of the money collected to make payments using the same mobile money platform.  In contrast to standard design processes, the scenarios focused on the life of Zemidjans and not on the financial product itself.

 We asked the Zemidjan whether the scenarios presented matched their real-life experiences? What improvements could be made? What changes were needed? Their answers helped us rewrite scenarios so that they became Zem’s stories, stories they want to live or experience and in which mobile payment may play a role. Utilizing this co-creation approach, we were able prioritize the mix of value propositions not only for the Zem, but also for their customers to use mobile money payments.  With the HCD approach, we not only tested innovative solutions but we validated them with the primary stakeholder, the Zem. The active participation of various MTN teams (Communication, Marketing, Technical, etc.) throughout the process facilitated the choice of payment solutions that were acceptable to all.

The Zem, to promote the adoption of mobile payment

 By deciding with MTN to explore the world of Zemidjans via an approach centered on users, MM4P put the customer at the heart of the digital financial services ecosystem.  Experience has shown that the adoption of these services depends, to a large extent, on whether they resonate with the customers and truly meet their needs. As such, the needs and constraints of customer should always be factored into the products and services design process.

 We chose the Zem because they are powerful vectors of information or even of behavioral transformation.  They can position themselves as ambassadors to impact the use of digital financial services in Benin and to influence the populations.

 The adventure with the Zemidjans continues.  But we are already seeing signs that the HCD approach an excellent tool to convey and leverage the benefits that digital finance can have. It is our belief that HCD can help leverage on all innovative products for which increased adoption and usage are proving to be difficult.

 We are in the process of selecting a representative sample of these moto taxi drivers for the implementation of a pilot in the next phase.  In a future blog, we will share some of the initial results obtained, as well as the challenges and/or new ideas discovered.

By Bery Dieye Kandji, KM Consultant, and Jamelino Akogbeto, DFS Expert 

For more information, please contact
Bery Kandji
KM Consultant, Benin
Additional Information
Bery Kandji
KM Consultant, Benin

Gestion d’un réseau d’agents au Bénin

Benin

Gestion d’un réseau d’agents au Bénin

MM4P appuie l’opérateur Moov pour renforcer sa présence en zone rurale
December 08 , 2017
Porto-Novo, BENIN - 

La composante « Distribution » est un des éléments clé de l’approche écosystémique du programme MM4P. Pour cause, les agents représentent les canaux principaux par lesquels les clients sont servis; ils constituent donc des leviers essentiels pour « délivrer » une bonne expérience client et assurer un bon usage des services financiers numériques (SFN). 

Au Bénin, nous avons choisi de soutenir l’un des principaux fournisseurs de SFN, l’opérateur de téléphonie mobile Moov, pour renforcer son réseau de distribution à l’échelle nationale. Notre pari est alors de pouvoir impacter positivement l’usage des SFN en améliorant la distribution de Moov Money dans les zones urbaines et rurales du Bénin.

Notre première approche a été d’évaluer la stratégie de distribution de Moov Money. En 2016, nous avons commandité cette évaluation auprès de l’Institut Hélix qui a fait ressortir quatre principales recommandations:  

  • Le contrôle et la gestion du réseau d’agents Moov Money par une équipe dédiée à l’activité de monnaie électronique;
  • La mise en œuvre d’un plan incitatif basé sur les indicateurs clés de performance pour l’équipe chargée du suivi de Moov Money;
  • La refonte de la structure de commissionnement des agents pour la rendre plus incitative;
  • La mise en place d’un dispositif plus efficace de gestion de la liquidité et du réapprovisionnement des agents.

A l’issue de cette étude, nous avons chargé le consortium MicroSave/Amarante d’opérationnaliser ces recommandations. Quatre communes ont été choisies pour une phase pilote, dont la commune productrice de coton Banikoara, située à près de 700 km de Cotonou. En dépit du potentiel économique de la zone, l’agence Moov la plus proche se trouve à 70km des usagers. Du fait de ce positionnement géographique, la commune souffre de certaines problématiques : absence de suivi régulier des agents, processus de réapprovisionnement contraignants et longs, etc.  Les conséquences qui en découlent sont néfastes pour l’activité : mauvaise qualité du service client, faible rentabilité perçue par l’agent et donc perte d’intérêt pour le service et décrochage de l’activité.

Pour répondre à ces problématiques, Moov Bénin a appliqué la première recommandation de l’étude, en déployant une force de vente dédiée qui, par le biais de visites régulières, développe et anime le réseau, tout en créant une nouvelle relation dynamique entre l’agent et la marque Moov Money.

Les résultats sont plutôt encourageants : le volume des transactions Moov Money a pratiquement doublé en 6 mois, tout comme le nombre d’agents actifs impactant ainsi le niveau des revenus du service Moov Money.

« Avant, je faisais difficilement une transaction par jour ; aujourd’hui, je peux en faire plus de cinq dans une journée » a confié un agent Moov Money rencontré lors d’une visite-terrain.

Pour autant, le pari n'est pas encore gagné. En effet, certains défis spécifiques aux zones rurales restent, notamment l’éducation financière. Le fort taux d’analphabétisme en zone rurale justifie un grand besoin d’éducation des populations à l’utilisation des services via le téléphone mobile. L’exemple le plus patent est la gestion des codes pin qui pose un véritable problème aux utilisateurs ruraux. L’agent doit donc être formé afin de jouer ce rôle d’éducateur en aidant les populations à trouver des techniques pour garder et protéger leur code pin.

En outre, les zones rurales étant par excellence des zones de retrait d’argent, les agents se retrouvent fréquemment confrontés à un problème de liquidité pour faire les opérations de retrait d’argent. Pour s’approvisionner en espèces, ils doivent se rendre, non sans contrainte de temps et de coût, chez leur distributeur. Il convient donc de trouver un mécanisme pour faciliter leur réapprovisionnement en cash.

Par ailleurs, le modèle de gestion du réseau doit améliorer son attractivité pour mieux répondre à des besoins spécifiques de la clientèle rurale. Cette dernière souffre du manque de services périphériques en téléphonie et en connectivité, et est handicapée par le très faible niveau d'accès à l'électricité – seulement 16% de la population rurale est raccordée (selon les estimations 2014 de la Banque Mondiale).

Entre autres défis, on peut également citer le faible maillage du réseau qui est perfectible et le mode de suivi commercial et de motivation des agents, qui peut encore gagner en efficacité.

Le projet avec Moov suit son cours. La fin du pilote sur les zones cibles nous permettra d’évaluer la pertinence des recommandations mises en œuvre et surtout de voir comment les dupliquer à l’échelle nationale. A suivre...

​Par Jamelino Akogbeto, Consultant en Finance Digitale, MM4P Benin, et Manohisoa Boulier, Consultante Services Financiers Digitaux , Amarante Consulting

For more information, please contact
Bery Dieye Kandji
Consultante Knowledge Management & Communication, MM4P Benin
Additional Information
Bery Dieye Kandji
Consultante Knowledge Management & Communication, MM4P Benin

2015–2017: The story of digital finance in motion in Benin

Benin

Fri, 12/08/2017 - 11:27 -- anna.ferracuti

Digital finance is gradually taking root in Benin. While 2015 saw major challenges in the adoption of digital financial services (DFS), two years later the situation could not be more dierent. For DFS providers, specifically mobile network operators, 2017 has been an extraordinary year: activity rates are higher than ever before, the proportion of active customers rose from 56 to 61 percent, and the number of transactions per customer increased from 6.9 to 8.3.

Briefing Note also available in French below.

MM4P’s Research Review On Digital Finance Services In Benin

Benin

Tue, 10/31/2017 - 12:39 -- anna.ferracuti

As a member of UEMOA, Benin enjoys a particularly favourable regulatory framework. However, the country is still lagging behind compared to other digital financial services (DFS) markets in Africa and Asia: the progress of providing a favouring adoption of DFS is slower in Benin, particularly among women and rural populations.

Find out about interesting facts on the digital finance market in Benin.

Les Zem, ambassadeurs du paiement mobile au Bénin

Benin

Les Zem, ambassadeurs du paiement mobile au Bénin

UNCDF-MM4P et MTN Benin testent un nouveau type de paiement pour les mototaxis
October 20 , 2017

Les Zémidjans, le moyen de transport le plus utilisé à Cotonou. 

Cotounou, BÉNIN - 

Le Bénin compte plus de 250 000 Zémidjans, des conducteurs de mototaxis familièrement appelés « Zem ». Ces derniers occupent une place particulière dans l’économie du pays : plus d’un million de personnes vivent des revenus issus des activités de Zémidjans et plus de deux millions de personnes en sont des usagers.  La plupart d’entre eux ne sont pas bancarisés et font circuler beaucoup d’argent liquide.  Ils représentent donc un véritable potentiel pour le secteur des services financiers digitaux. Le programme Mobile Money for the Poor (MM4P) collabore avec l’opérateur de téléphonie mobile MTN pour la mise en œuvre d’un projet dont l’objectif principal est de permettre le paiement des courses en mototaxis par les clients via leur mobile. 

Cocréer des solutions avec les mototaxis

La première phase du projet lancé en juillet 2017 met l’accent sur le paiement mobile des courses en mototaxis.  Avec l’appui du cabinet Innate Motion et de PHB Development, nous avons utilisé l'approche Human Centric Design (HCD), pour comprendre l’univers des Zémidjans, leurs aspirations, ce qu’une étude de marché classique n’aurait pas révélé.

Par la suite, nous avons exploré le paiement mobile sous tous les angles, avec les conducteurs de mototaxis, leurs fournisseurs, les équipes de MTN et leurs agences de communication. Par petits groupes, nous avons élaboré des scénarii où les conducteurs de mototaxis étaient au centre de l’action.  L’idée étant de permettre aux clients de payer leur course avec la monnaie électronique, puis d’amener le Zémidjan à utiliser une partie de l’argent électronique collecté pour faire ses paiements. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les scenarii se focalisaient sur la vie des Zémidjans, ce qui peut les aider à avancer, à prendre leur destin en main, et non sur le produit financier.  

Pour chaque scénario nous avons demandé aux Zémidjans si le scenario correspondait à une histoire vécue, ou connue ? Quelles améliorations peuvent être faites ? Qu’est-ce qui pouvait être changé ? Leurs réponses ont permis de réécrire les scénarii de façon à ce qu’ils soient les leurs, ceux qu’ils vivent, qu’ils aimeraient vivre et dans lesquels le paiement mobile peut jouer un rôle.

Grâce à ce travail de cocréation, nous avons ainsi pu définir les axes à prioriser pour apporter de la valeur au « Zem » mais aussi à son client via le paiement mobile. Avec l’approche HCD, nous avons non seulement testé des solutions innovantes mais nous les avons validées avec les premiers concernés, les « Zem ». Et la participation des différentes équipes MTN (Communication, marketing, Technique, etc.) a facilité le choix de solutions adaptées à tous.

Les Zem, pour favoriser l’adoption du paiement mobile

En décidant avec MTN d’explorer l’univers des Zémidjans via une approche centrée sur les utilisateurs, MM4P met le client au cœur de l’écosystème des services financiers digitaux. En effet, l’adoption de ces services passe par la reconnaissance du client comme le noyau de cet écosystème.  Ses besoins et ses contraintes doivent ainsi être pris en compte dans le processus de conception des produits et services.

Nous avons choisi les « Zem » car ils sont de puissants vecteurs d’information voire de transformation comportementale. Ils peuvent se positionner comme des ambassadeurs capables d’impacter l’usage des services financiers digitaux au Bénin et d’influencer les populations.

L’aventure avec les Zémidjans continue. Mais d’ores et déjà, nous voyons en cette approche HCD un excellent levier pour la finance digitale. Elle doit être appliquée à tous les produits innovants pour lesquels l’adoption et l’utilisation sont des défis difficiles à relever.

Nous avons sélectionné un échantillon représentatif de ces conducteurs de mototaxis, pour la mise en œuvre d’un pilote dans les prochains jours.   Dans un prochain blog, nous partagerons les premiers résultats obtenus, ainsi que les défis et/ou les idées nouvelles qu’il nous aura permis de découvrir.

Par Bery Dieye Kandji, Knowledge Management Consultant (Bénin) et Jamelino Akogbeto, DFS Expert (Bénin) 

For more information, please contact
Bery Dieye Kandji
KM Consultant, Bénin
Additional Information
Bery Dieye Kandji
KM Consultant, Bénin

Benin Annual Monitor 2016

Benin

Wed, 09/20/2017 - 09:31 -- anna.ferracuti

Benin is writing its mobile money turnaround story with increased investment by mobile network operators (MNOs) in their agent networks and in standalone subsidiaries to manage their mobile money businesses. A significant rise in customer usage and agent activity is being observed. To find out more about the changing digital financial services landscape in Benin in 2016 read the full document.

Strengthening the capacity of Benin’s banks in digital finance

Benin

Strengthening the capacity of Benin’s banks in digital finance

Press Release - for immediate release
June 08 , 2017

Participants attending two days training on digital finance in Benin

Cotonou, Benin - 

The UNCDF’s programme MM4P, organized two days of training for banks on June 7th and 8th, at the Benin Royal Hotel, as part of the implementation of its 2017 annual work plan.

The aim was to share with the banks of Benin tools and best practices which can help them initiate and develop digital finance products and services.

The banking sector in Benin is in a new dynamic with the multiplication of initiatives to develop alternative distribution channels to get closer to clients, and to target new customers using digital tools. These training workshops are timely, to guide Benin banks shifting effectively in this new dynamic.

"These two days of exchanges have proved the great interest of Benin’s banks on developing digital financial services. Participants paid great attention to the presentations done by guest speakers from Equity Bank of Kenya and Fidelity Bank of Ghana who shared their experiences in digital finance. "said Jamelino Akogbeto, Digital Finance Services Expert for MM4P in Benin.

This interest clearly displayed by the banks points to a real opportunity of collaboration, and as a next step, banks will submit their digital finance projects to MM4P evaluation. The most promising projects will benefit from MM4P technical assistance for implementation.

The MM4P Program was launched in Benin on 6 October 2015 to contribute to increase the active use of digital financial services up to 122 of the adult population of Benin by 2019.

 

About Mobile Money for the Poor (MM4P)

MM4P is a global programme funded by UNCDF, the Swedish International Development Cooperation Agency, the Australian Department of Foreign Affairs and Trade, the Bill & Melinda Gates Foundation and The MasterCard Foundation. The programme provides support to branchless and mobile financial services in a select group of Least Developed Countries to demonstrate how the correct mix of financial, technical and policy support can build a robust branchless and mobile financial services ecosystem that reaches low income people in these countries.

Please visit www.uncdf.org/mm4p or follow @MM4P1

About UNCDF

The United Nations Capital Development Fund (UNCDF) is the UN’s capital investment agency for the world’s 48 least developed countries. It creates new opportunities for poor people and their small businesses by increasing access to microfinance and investment capital. UNCDF programmes help to empower women and are designed to catalyze larger capital flows from the private sector, national governments and development partners, for maximum impact toward the Millennium Development Goals.

For more information, please visit www.uncdf.org, follow @UNCDF and UN Capital Development Fund, and subscribe for news.

About The MasterCard Foundation

The MasterCard Foundation is an independent, global organization based in Toronto, Canada, with approximately $9 billion in assets. Through collaboration with partner organizations in 46 countries, it is creating opportunities for all people to learn and prosper. The Foundation’s programs promote financial inclusion and advance youth learning, mostly in Africa. Established in 2006 through the generosity of MasterCard Worldwide when it became a public company, the Foundation is separate and independent from the company. Its policies, operations and funding decisions are determined by its own Foundation Board of Directors and President and CEO.

For more information, please visit www.mastercardfdn.org or follow @MCFoundation

These two days of exchanges have proved the great interest of Benin’s banks on developing digital financial services.

Jamelino Akogbeto
For more information, please contact
Bery Dieye KANDJI
Knowledge Manager Consultant MM4P Benin - Senegal
Jamelino AKOGBETO
Spécialiste en finance digitale MM4P Benin
+229 21 31 30 45/95 000 270
Additional Information
Bery Dieye KANDJI
Knowledge Manager Consultant MM4P Benin - Senegal

Benin - Ateliers de formation en finance digitale pour les banques

Benin

Benin - Ateliers de formation en finance digitale pour les banques

Communiqué de presse – Pour diffusion immédiate
June 08 , 2017

Participants à l'Atelier de formation à la finance digitale des Banques du Benin

Cotonou, BENIN - 

Le Programme MM4P lancé au Bénin en 2015, par l’Agence d’investissement des Nations Unies (UNCDF), a organisé les 07 et 08 juin au Bénin Royal Hôtel, une série d’ateliers de formation pour les banques, dans le cadre de l’exécution de son plan annuel de travail pour 2017. 

L’objectif visé à travers ces ateliers est de doter les acteurs du système bancaire d’outils et de compétences pour initier et développer des produits et services en finance digitale.

Le secteur bancaire au Bénin, est dans une nouvelle dynamique avec la multiplication d’initiatives visant à développer des canaux alternatifs de distribution pour se rapprocher des clients actuels, mais surtout cibler de nouveaux clients en utilisant des outils technologiques. Ces ateliers de formation viennent à point nommé, pour permettre aux banques d’être mieux outillées pour amorcer un virage stratégique de façon efficace.

 « Les échanges de ces deux jours d’atelier nous ont prouvé le grand intérêt que portent les banques du Bénin au développement de services financiers digitaux. Les participants ont porté une grande attention aux présentations des orateurs venus de Equity Bank du Kenya et Fidelity Bank du Ghana, venus partager leurs expériences en finance digitale. » a confié Jamelino Akogbeto, Expert en Finance Digitale pour MM4P au Benin.

Cet intérêt clairement affiché par les banques ouvre donc la voie à des perspectives de collaboration.  Ces dernières ont soumis des projets qui seront évalués par MM4P, qui pourra par la suite faire un diagnostic et voir dans quelle mesure accompagner leur mise en œuvre.

Le Programme MM4P a été lancé au Bénin le 6 octobre 2015. Il vise à contribuer à l’accroissement de l’utilisation des services financiers digitaux pour atteindre plus de 12% de la population adulte du Bénin d’ici 2019.

A propos de Mobile Money for the Poor (MMP4)

Le programme Mobile Money for the Poor (MM4P) de l ‘UNCDF est actif au Bénin, au Sénégal et en Zambie en partenariat avec la MasterCard Foundation. Le programme appuie le développement de la finance digitale pour démontrer comment le bon dosage de soutien financier, technique et réglementaire permet de mettre en place un écosystème durable de banque à distance et de services mobiles qui soit à même de servir des personnes à faible revenus dans les pays les moins avancés.

A propos de l’UNCDF

L'UNCDF (United Nations Capital Development Fund) est l'agence d'investissement de l'ONU pour les 48 pays les moins avancés au monde. Elle offre aux personnes pauvres et à leurs petites entreprises de nouvelles opportunités en augmentant leur accès à la microfinance et aux capitaux d'investissement. Les programmes de l'UNCDF aident à renforcer la position des femmes et sont conçus pour favoriser de plus grands flux de capitaux pour le secteur privé, les gouvernements nationaux et les partenaires de développement, et avoir ainsi un maximum d'impact sur les objectifs du Millénaire pour le développement. Pour plus d'information, rendez-vous sur www.uncdf.org

À propos de la MasterCard Foundation

La MasterCard Foundation est une organisation internationale indépendante basée à Toronto, au Canada, gérant un actif de plus 9 milliards de dollars. En s'associant à d'autres organisations partenaires dans plus de 46 pays, elle permet de créer des opportunités d'apprentissage et de développement pour tous. Les programmes de la MasterCard Foundation favorisent l'inclusion financière et l'apprentissage chez les jeunes, principalement en Afrique. Établie en 2006 grâce à la générosité de MasterCard Worldwide lorsqu'elle s'est transformée en entreprise publique, cette fondation reste indépendante de l'entreprise. Ses politiques, opérations et décisions de financement sont déterminées par le conseil d'administration et le président-directeur général de la fondation. Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.mastercardfdn.org  ou suivez @MCFoundation

Les échanges (...) ont prouvé le grand intérêt que portent les banques du Bénin au développement de services financiers digitaux

Jamelino Akogbeto
For more information, please contact
Bery Dieye KANDJI
Knowledge Manager Consultant MM4P Benin - Senegal
Jamelino AKOGBETO
Spécialiste en finance digitale MM4P Benin
+229 21 31 30 45/95 000 270
Additional Information
Bery Dieye KANDJI
Knowledge Manager Consultant MM4P Benin - Senegal

La monnaie électronique se développe au Bénin

Benin

La monnaie électronique se développe au Bénin

Joy Kim, analyste en inclusion financière (MIX) et Sabine Mensah, spécialiste technique en finance digitale (UNCDF)
June 29 , 2017
Cotonou, BENIN - 

Bien que la croissance des services financiers digitaux au Bénin n’ait pas été aussi rapide que chez ses voisins, la modeste base de départ du pays signifie encore plus de gains potentiels. En tant que membre de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le Bénin pourrait beaucoup apprendre des expériences des pays membres, dont le Sénégal et la Côte d’Ivoire, où la monnaie électronique joue un rôle prépondérant dans l’accès aux services financiers. En effet, les données sur les points d’accès recueillies par MIX montrent qu’il se peut que le Bénin suive déjà les pas de la Côte d’Ivoire dans son histoire de redressement concernant la monnaie électronique.

Le Bénin est considéré comme un marché émergent en ce qui concerne les services financiers digitaux, mais cela pourrait commencer à changer. Depuis la dernière mise à jour du tableau de bord interactif pour le Bénin en 2016 (selon les données de 2015), les points d’accès à la monnaie électronique ont augmenté de 118 %. À l’exception du Couffo, qui n’a connu aucune croissance, tous les départements ont connu une augmentation de 50 % (le Mono) à 250 % (l’Atlantique). Selon nos données, l’Atlantique possède 2 000 points d’accès de plus, alors que le Littoral en a 1 900 de plus. L’Atlantique est passé de 7,93 à 24,48 points de service pour 10 000 habitants au cours de l’année dernière. Et, en ce qui concerne les canaux, le nombre de points d’accès des agents a augmenté dans tout le pays de près de 7 000, pour la même période de temps. Alors que le nombre de points d’accès d’autres prestataires de services financiers a légèrement progressé (institutions de microfinance, banques et bureaux de poste confondus ont ajouté 138 points d’accès) le développement de la monnaie électronique a vu le nombre moyen de points passer de 6,02 à 13,22 pour 10 000 personnes.

Sans surprise, donc, les opérateurs de réseaux mobiles sont le type de prestataires de services financiers le plus répandu au Bénin, en ce qui concerne les points d’accès. Ces opérateurs sont les plus présents dans tous les départements, représentant plus de 93,7 % de tous les points d’accès dans le pays, contre les 88,7 % enregistrés lors de notre mise à jour précédente. Quoi qu’il en soit, il y a toujours des possibilités d’expansion au Bénin, où seuls 17 % des adultes disposent d’un compte en banque. D’une part, les opérateurs de réseau mobile pourraient analyser les communes qui présentent un pourcentage plus élevé de ménages ayant accès à internet et un faible nombre de points d’accès aux services financiers. Ces communes, dont Ouinhi, Gogounou et d’autres, semblent occuper les premiers rangs en termes d’utilisateurs actifs de la téléphonie portable, mais avec un accès limité aux services financiers.

Comme nous l’avons mentionné l’an dernier dans notre billet intitulé « Partenariats pour le progrès : le Bénin pourrait tirer parti d’une coordination de tout le secteur financier », les opérateurs de réseaux mobiles devraient poursuivre la recherche de possibilités de collaboration avec d’autres prestataires de services financiers. Par exemple, les institutions de microfinance font un meilleur travail lorsqu’elles couvrent les communes ayant un pourcentage élevé de ménages agricoles, l’agriculture étant la principale activité économique au Bénin. De la même manière, les institutions de microfinance sont « jugées prioritaires par le gouvernement dans sa stratégie de réduction de la pauvreté » et augmentent déjà le nombre de points d’accès à la monnaie électronique, une tendance bienvenue au cours de la dernière année, et qui devrait se poursuivre.

 L’UNCDF, en partenariat avec la Fondation MasterCard, a lancé en octobre 2015 au Bénin le programme Mobile Money for the Poor (MM4P) et s’est engagé à soutenir les institutions de microfinance dans leur intention de tirer parti du numérique afin d’améliorer l’inclusion financière dans les zones rurales. MM4P a investi dans plusieurs ateliers de renforcement des capacités et dans la formation d’un réseau d’agents, pour de nombreuses institutions de microfinance au Bénin. Le programme travaille également à faciliter la première intégration Bank-to-wallet (entre un compte bancaire et un porte-monnaie électronique) entre un opérateur et une institution de microfinance dans le pays. 

En raison de son appartenance à l’UEMOA, le Bénin peut profiter de bon nombre des avantages que lui confère sa proximité avec les leaders régionaux de l'inclusion financière, et de l'approfondissement de ses relations avec ces derniers. Les parties prenantes ont clairement démontré leur volonté de revigorer l’écosystème au Bénin. En mars 2017, MM4P a organisé une retraite avec le gouvernement, qui a permis l’harmonisation de la vision des parties prenantes dans la finance digitale, et qui a encouragé la priorisation des projets pouvant favoriser les services financiers digitaux au Bénin.

Click here to read in English.

For more information, please contact
Bery Kandji
KM Consultant, Bénin
Sabine Mensah
Spécialiste Technique en Finance Digitale
Additional Information
Bery Kandji
KM Consultant, Bénin

Mobile Money Grows in Benin

Benin

Mobile Money Grows in Benin

Joy Kim, Financial Inclusion Analyst (MIX) and Sabine Mensah, Technical Specialist Digital Finance (UNCDF)
June 29 , 2017
Cotonou, BENIN - 

Though Benin hasn't seen the same rapid growth in digital financial services as its neighbors, the country's small starting base means even bigger potential gains. As a member of the West African Economic and Monetary Union (WAEMU), Benin could learn from the experiences of fellow member countries including Senegal and Cote d'Ivoire, where mobile money plays a leading role in access to finance. In fact, access point data collected by MIX shows signs that Benin may already be following in the footsteps of Cote d'Ivoire and its mobile money turnaround story.

Benin is considered a nascent market when it comes to digital financial services but that may be starting to change. Since we last updated the Interactive Dashboard for Benin in 2016 (based on 2015 data), mobile money access points have increased by 118 percent. With the exception of Couffo, which saw no growth, all departments experienced an increase between 50 percent (Mono) and 250 percent (Atlantique). According to our data, the number of access points in Atlantique grew by over 2,000 while Littoral added 1,900. In Atlantique, the number of service points per 10,000 people increased from 7.93 to 24.48 over the past year.  And, in terms of channels, the number of agent access points grew across the country by nearly 7,000 over the same time period. While the number of access points of other financial service providers grew slightly  – microfinance institutions, banks and post offices together added 138 access points – mobile money growth resulted in doubling the median number of access points per 10,000 people, from 6.02 to 13.22.

 

 

Unsurprisingly, then, mobile network operators are the most prevalent type of financial service provider in Benin in terms of access points. These operators are the most widespread across all departments representing over 93.7 percent of all access points in the country, up from the 88.7 percent recorded in our previous update. Yet there is still opportunity to expand in Benin where only 17 percent of adults have a bank account. For one, mobile network operators could investigate communes with a higher percentage of households with access to the internet and a low number of financial access points. These communes, including Ouinhi, Gogounou and others, seem to be home to active users of mobile phones but with limited access to financial services.

As we mentioned last year in our post Partnerships for Progress: Benin Could Benefit from Financial Sector Coordination, mobile network operators should continue looking for opportunities to work with other financial service providers. For example, microfinance institutions are doing a better job at covering communes with high percentages of agricultural households, the leading economic activity in Benin. Also, microfinance institutions are "prioritized by the government in its poverty reduction strategy" and are already adding mobile money access points, a welcome trend over the last year that should be continued. Launched in October 2015 in Benin and in partnership with The MasterCard Foundation, UNCDF’s program Mobile Money for the Poor (MM4P) is committed to supporting microfinance institutions in their journey to leverage digital technology to improve financial inclusion in rural areas. MM4P has invested in several capacity building workshops and agent network training for numerous microfinance institutions in Benin. The program is also working to facilitate the first bank-to-wallet integration between an operator and a microfinance institution in the country.

Because of its membership in WAEMU, Benin can enjoy many of the benefits of proximity and deepening relationships with the regional leaders in financial inclusion.  Stakeholders have clearly demonstrated their willingness to boost the ecosystem in Benin. In March 2017, MM4P organized a retreat with the Government that harmonized the vision of stakeholders on digital finance, and encouraged the prioritization of projects that can promote digital finance services in Benin.

Pour lire en français, cliquez ici.

For more information, please contact
Bery Kandji
KM Consultant, Senegal
Sabine Mensah
Regional Technical Specialist, Digital Finance
Additional Information
Bery Kandji
KM Consultant, Senegal

Pages

Subscribe to RSS - Benin